fbpx

Vous avez tourné une vidéo pour votre entreprise et il est l’heure de la diffuser sur les réseaux sociaux ou votre site internet ? Il faudra peut-être la convertir pour l’alléger et/ou la mettre dans un format compatible avec les terminaux utilisés par les internautes (smartphone, tablette ou pc).

Découvrez les 5 précautions à prendre avant d’uploader sa vidéo dans un convertisseur en ligne !

 

1. Vérifier la sécurité des données sensibles

En utilisant un convertisseur en ligne, votre vidéo passe par des serveurs tiers, avant d’atterrir sur votre appareil. À cette étape, le fichier est soumis à la politique de confidentialité de l’outil. Ce dernier peut stocker et traiter les données personnelles contenues dans votre vidéo, sans votre accord.

Si ce n’est pas le convertisseur en ligne qui conserve vos informations sensibles, les pirates peuvent aussi se saisir de vos données. Vous courez le risque d’usurpation d’identité ou qu’elles soient vendues sur le dark web.

Pour ne pas vous exposer à ces risques, évitez de convertir, en ligne, des fichiers aux données sensibles :

  • teasing d’un nouveau produit,
  • film destiné à un usage interne,
  • processus secret,
  • etc.

Privilégiez un logiciel vérifié et fiable, à installer sur votre ordinateur.

 

2. Paramétrer la qualité vidéo au maximum

convertisseur vidéo

L’un des défis en convertissant une vidéo est de conserver la qualité.

En effet, s’il est possible de réduire le fichier ou de diminuer son débit binaire pour l’optimiser pour certains appareils, sa qualité risque de baisser. La solution ? Compressez la vidéo dans un format plus accessible : en MP4, par exemple. Pour les réseaux sociaux ou votre site internet, cela sera bien suffisant.

Même si elle ne ressemblera pas tout à fait à l’original, votre vidéo bénéficiera d’une qualité sensiblement proche.

Bien sûr, si vous disposez d’un large espace de stockage, vous pouvez conserver la vidéo dans son format d’origine. La copie servira uniquement à la diffusion sur vos canaux de communication.

 

3. Éviter de convertir un fichier vidéo plusieurs fois

Cette pratique s’appelle le transcodage. Elle consiste à convertir une même vidéo d’un format à un autre. Vu que chaque codec utilise une compression différente, certaines données de la vidéo originale peuvent se perdre en la convertissant plusieurs fois. L’idéal est donc de se limiter à une conversion par vidéo.

En effet, si vous transcrivez la même vidéo plusieurs fois (par exemple, de H.264 à H.265 à H.264, etc.), les données perdues finissent par s’additionner et par affecter la qualité de la vidéo.

Comme alternative, conservez le fichier vidéo original et faites la conversion à chaque fois, à partir de celui-ci. Cela permet de minimiser la perte de données.

4. Vérifier les codes de sortie

convertisseur vidéo

Lorsque vous jouez une vidéo, quels que soient son format et l’appareil de lecture, elle doit être décodée avant de pouvoir s’afficher. Ce décodage se fait au niveau du logiciel ou de l’appareil, selon les cas.

En règle générale, il est préférable d’utiliser un code de sortie qui soit nativement pris en charge par l’appareil sur lequel il sera lu. Le décodage au niveau du logiciel est non seulement exigeant en termes de processeur, mais il consomme également beaucoup d’énergie.

En revanche, le décodage sur l’appareil est plus efficace et moins énergivore. Ce qui en fait certainement l’option préférable. Le seul inconvénient est qu’il peut prendre plus du temps.

 

5. Éviter la présence d’un logo externe à votre entreprise

Certains outils en ligne sont gratuits. La contrepartie ? Apposer leur logo en filigrane sur la vidéo ou en pleine page à la fin.

Pensez à bien vérifier qu’aucun logo externe à votre entreprise n’apparaisse sur votre film. Le cas échéant, votre marque peut perdre en crédibilité. Les internautes pourraient s’interroger sur la fiabilité de la vidéo ou pire, se demander pourquoi vous ne pouvez pas dépenser quelques euros dans une solution professionnelle…

 

La conversion de vos fichiers vidéos nécessite quelques vérifications, au préalable. L’objectif est d’obtenir une vidéo de sortie, aussi qualitative que l’originale, sans compromettre votre image ou vos données.

Pour y parvenir, suivez les 5 recommandations de cet article ! Vous pouvez également faire appel à un professionnel de la vidéo freelance en postant votre projet gratuitement sur Codeur.com.

 

5
/
5
(
1

vote

)